NERAZZURRI - Le site francophone de l'Inter
Vous devez vous connecter pour voir le sujet.
You should connect to see the topic.


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ivan Ramiro Cordoba Défenseur (N°2)

Aller en bas 
AuteurMessage
SAIFEDINNE
Rédacteur
Rédacteur
avatar

Nombre de messages : 70
Age : 36
Pays : TUNIS
Equipe Europeene : Internazionale
Points : 8358
Date d'inscription : 19/11/2007

MessageSujet: Ivan Ramiro Cordoba Défenseur (N°2)   Mer 21 Nov 2007 - 3:01

CORDOBA IVAN RAMIRO
Informations Générales :

Nom : CORDOBA
Prénom : IVAN RAMIRO
Poste : Défenseur
Date de naissance : 11 / 08 / 1976
Lieu de naissance : Medellin
Pays : Colombie
Taille : 173 cm
Poids : 70 kilos
Numero de maillot : 2
Au club depuis : 1999
Revenir en haut Aller en bas
http://saifedinne.hi5.com
Zamorano
VIP
VIP
avatar

Nombre de messages : 32
Age : 34
Equipe Europeene : Interiste et anti Bbilaniste + anti juvirusist
Points : 8360
Date d'inscription : 18/11/2007

MessageSujet: IVAN CORDOBA: COEUR DE LION   Mer 28 Nov 2007 - 14:44



MILAN – A l’ occasion de l’émission "Inter 100 e lode", retransmise sur Sky Sport, Ivan Cordoba s’est dévoilé au cours d’une entrevue réalisée par la chaine au centre sportif "Angelo Moratti".



Cordoba : si tu devait repenser au premier jour de ton arrivée à l’Inter

"Tant de choses reviennent, tant d'attente et tant de pensées, l’envie de bien vouloir bien faire."

"Je savais que l’Inter me suivait depuis un an, ou peut-être plus. Ils sont venus me voir à deux reprises. La première fois, j’avais marqué et nous avons même gagné… Cela m'a aidé… ."

"La seconde fois, qu’ils sont venu me voir, quinze jours se sont passé et on a tout fait. Voici le souvenir plus ou moins de mon transfert."

C’était un moment particulier…

"Ce qui est spécial, c’est que durant la même semaine, nous nous sommes rendu compte que ma femme attendait un enfant, donc la joie était double. Cela s’est passé en très peu de temps et a changé ma vie."

"Une autre porte qui s'ouvre, un autre monde divergé de celui ou j’avais l’habitude de vivre."

Un changement important c’est déjà produit, celui de ton passage de la Colombie en Argentine…

"Après avoir su l'intérêt émanant du San Lorenzo, on est parvenu à un accord et j'en était très heureux."

"Dès cet instant je me suis fait une promesse : celle de faire voir un autre style de joueur colombien, qui peut avoir une vie régulière. Malheureusement nous savons tous que, tant d'anciens compagnons de la nationale qui maintenant sont amis, ont eu une vie difficile."

"Ensuite, de l'Argentine à l'Italie, c’était un changement encore plus important, je l’attendais avec beaucoup d’envie, j'avais besoin d’un peu de temps pour retrouver le cap et pour m'adapter avec ma famille à un autre style de vie."

"J'ai cherché à montrer rapidement aux gens ce qu’ils attendaient et hors du terrains, je me suis bien retrouvé, car en Italie j'ai rencontré des bonnes personnes."

Rêvais-tu de venir à jouer en Europe ?

"J'avais le désir d'aller à l'étranger, mais je ne savais pas dans quelle direction."

"Il te passe en tête le nom de quelques équipes, mais tu dois seulement attendre l'occasion."

"J'ai eu la chance d'avoir une famille qui m'a donné tant d’appuie, qui m’a servie de soutien, qui m'a fait voir les choses plus importantes dans les valeurs."

"J’ai cherché à les retransmettre sur et hors du terrains. J'ai toujours cherché à donner une autre image du joueur colombien et espérais que, avec mon engagement et avec ma façon de faire, il y aurait même plus d’intérêt pour les joueurs des colombiens."

As-tu gagné ton pari ?

"Cela à servi à quelques-uns et ça me donne beaucoup de satisfaction."

"J'espère encore que tant de joueurs colombiens réussissent à avoir une telle opportunité, car, dans mon pays, il y a une génération très consciente du peu d’opportunités qu’ils ont et qu'il faut chercher à exploiter."

Elle a par ailleurs était exploitée lors de ton but victorieux en finale de la Coppa America de 2001 contre le Mexique…

"C’était la joie la plus importante au niveau nation que j’ai vécu. Je ne m'attendais pas à remporter ce premier trophée avec ma nation en réalisant le but décisif dans la finale."

"C’est pour cette raison qu’il restera toujours là dans mon cœur, comme un de mes rêves devenus réalité. Je me le tiendrai toujours serré."

Ensuite, ces mêmes succès sont arrivés avec l'Inter…

"Je n'avais jamais éprouvé une sensation semblable. C’était superbe à Sienne, après tant d’année à l’Inter, dans une ambiance à laquelle je me suis énormément lié."

Est-il vrai que, plus jeune, tu avais été écarté pour ta taille ?

"Je jouais dans une équipe régionale, comme il peut y en avoir en Lombardie."

"Ils m'ont exclu de l'équipe car j’étais très petit pour jouer défenseur central, l'entraîneur retenait que je n'étais pas apte."

"Cela passé, j’ai continué de l’avant et j’ai remporté mon pari. Je m’'entraînais tant sur les coups de teste, ensuite énormément sur la technique et sur la vitesse. Mais c’était des travaux que je faisais hors-entraînements et ils m'ont aidé."

Il se dit que tant de jeunes colombiens se sont perdus en cours de route, car ils provenaient d'une situation difficile de grande pauvreté. Croit-il qu’il se soit passé le même avec Adriano ?

"Dans le football et dans la vie, certaines situations arrivent et à travers lesquels, si tu n'es pas préparé, tu peux changer."

"Il faut avoir beaucoup de force mentale pour savoir affronter ces situations, pour le mieux et pour le pire.
Il y a des mauvaises situations et des bonnes, le manque familial peut avoir énormément d’importance, ça peut être dur à supporter."

"Tu peux être fort attaché à une personne de la famille, et si celle-ci vient à te manquer, tu peux souffrir longtemps de cette absence. Ce sont des choses très personnelles, difficiles à expliquer."

L'histoire raconte qu'une équipe gagnante se construit même hors du terrain par exemple à travers des dîners ou des soirées. Se passe-il la même chose à l'Inter ?

"Oui, dans une équipe on plaisante et on cherche même à faire des choses différentes du football."

"Nous, de temps en temps, nous prenons un peu de temps pour faire quelque chose de différents, au-delà des retraits et des parties, peut-être même pour faire un dîner."

"Parfois nous avons même la possibilité de nous rencontrer aux spectacles, lorsque nous portons nos fils et que nous sommes ensemble."

Cordoba et Zanetti, vous êtes les vétérans du groupe : Vous êtes vous impliqué avec Adriano

"C’est sur, nous avons tant parlé avec lui. Nous avons tous cherché et chercherons toujours à faire quelque chose pour "Adri" jusqu’à ce que lui, le veuille."

"Il pourra toujours trouver des personnes sur lesquelles il pourra compter, des personnes en qui il peut avoir confiance. Il sait qu’il est sur qu’il peut compter sur nous, certains peuvent l’aider d’un coté, d’autres sur d’autres coté. Maintenant qu'il est allé à Brésil nous nous sommes mis d'accord que nous nous contacterons pour ne pas perdre contacts."

Revenons au terrain. En ce début de saison, Cordoba a démontré avoir de grands automatisme avec Walter Samuel. Maintenant que Materazzi revient, quelqu'un devra être écarté…

"Il y a toujours l'envie de bien faire et c’est la chose plus importante."

"Ensuite il y a la bataille pour la place en équipe, une bataille très loyale et belle parce que personne ne veut donner des avantages aux autres. Ceci fait seulement du bien aux résultats de l'équipe. Chacun fait de son mieux, afin de ne pas perdre sa place : ainsi on élève le niveau des entraînements."

"Je crois que les sept buts subis en championnat jusqu'à à aujourd'hui sont le résultat d'un travail de tout le groupe. Nous nous aidons tous, et, pour nous défenseurs, le travail devient beaucoup plus facile lorsqu’il y a aide de la part de tous."

"Lorsque tu fais bonne figure et gagne dans une équipe comme l'Inter, dans un championnat comme la Serie A, tu dois être toujours prêt et être disponible quand l’entraineur a besoin de toi."

"L'important pour Mancini est d’avoir des hommes à disposition : Actuellement, nous avons eu tant de blessés, mais je crois que tout doucement, ils reviennent tous."

"Ibra" est déjà Ballon d'Or ?

"Oui et il ne doit plus le démontrer."

"Nous avons vu comment il peut être important pour une équipe, en ayant aussi encore, une grande marge de progression."

"Il est jeune et a envie de croître toujours, je crois que c’est important."

"Je lui souhaite de le remporter deux, trois fois. Cependant, il ne doit pas avoir seulement cette idée en tête car autrement il risque de perdre les objectifs que nous nous sommes fixés et ceux-là, quand tu les atteints, ils te font même gagner des prix individuels."

Cordoba est toujours actif dans le domaine social, comment va la fondation ?

"Elle se porte bien. Ma fondation s’appelle 'Colombia te quiere ver'."

"Le but est surtout celui d'aider les enfants, faire en sorte que ceux-ci puissent grandir dans le salut et avoir quelques opportunités en plus dans la vie. Nous cherchons à leur offrir une croissance importante, comme la possibilité d'aller à école sans devoir penser à trouver de la nourriture."

"Nous cherchons à faire ceci et nous nous appuyons à d’autres fondations actives en Colombie pour porter des aides et des contributions. Et toutes ces contributions nous réussissons à les ramasser en Italie, qui nous a donné toujours une « main » importante."

Vous êtes même en collaboration avec l'hôpital San Raffaele de Milan…

"Oui, avec le San Raffaele nous avons un très beau projet, nous avons déjà fait différentes missions dans le pacifique colombien avec un bateau hospitalier et nous chercherons à en faire une de meilleurs encore."

"Nous ferons un autre bateau de façon à pouvoir assister toutes ces gens qui ont besoin de nous sur place et, où malheureusement, n'arrive pas l'aide du gouvernement ou l'assistance médicale."

"Le projet est de grande envergure et portera sur des zones très isolée de la Colombie."

As-tu déjà participé à une de ces missions ?

"Non, malheureusement, je n’ai jamais réussi à y être en personne, car elles ont été organisées durant la saison de football."

"Mais j'ai toujours voulu tout savoir, j’ai un contact quotidien avec le directeur des missions et il me raconte chaque jours ce qu'il se passe."

Ta femme, Maria, a dit que Cordoba ne sait jamais dire non parce qu'il se sent toujours en défaut avec la « buena suerte ». Est-ce vrai?

"Pas avec la "buena suerte", mais avec tout ce qui m’a été donné dans la vie ; "Dieu" avec les possibilités qu'il m'a donné, avec cette carrière et avec ma famille.

"C’est ma dette et je cherche à la rendre en aidant les autres, en cherchant à donner quelque chose en échange de tout ce que j'ai reçu."

Que veux-tu dire aux tifosi de l'Inter ?

"Qu’il ne fait jamais baisser la tête, surtout dans une équipe comme l'Inter."

"Pour beaucoup d’entre nous, nous arrivons loin et nous avons toujours l'envie de bien faire."

"La chose plus belle est d’être ici et de pouvoir écrire l'histoire de l'Inter sur un grand livre qui restera toujours."

"Donc, lorsque d’autres le liront, ils verront ce que l'on a remporté et que nous nous y trouvions."

"C’est ça la plus belle des choses."


Sources associé(e)s: Inter.it
Revenir en haut Aller en bas
http://nerazzurri.1fr1.net
 
Ivan Ramiro Cordoba Défenseur (N°2)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le meilleur défenseur central depuis 50 ans
» Ivan Krolo
» Mbia, Meilleur défenseur central de L1 malgré lui ?
» Ivan Papac
» recherche défenseur central

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NERAZZURRI - Le site francophone de l'Inter :: Curva Nord Milano :: Joueurs de l'Inter-
Sauter vers: